Le dépistage de l’herpès, parlons-en!

La mauvaise réputation

Le terme fait bien peur, mais le virus appelé herpès simplex est retrouvé dans une grande partie de la population. Plusieurs mythes et idées préconçues planent à son sujet et, bien que herpès simplex puisse affecter gravement la qualité de vie de certaines personnes, un diagnostic positif n’est pas une sentence de mort!

En comprenant mieux ce qu’est réellement le virus de l’herpès, on peut souvent calmer nos peurs et mieux vivre son dépistage, son diagnostic, ou encore le diagnostic d’un partenaire.

Quelques faits:

  • Quand on parle d’herpès simplex, on parle spécifiquement du type HSV1 et 2
  • Le virus de l’herpès tel qu’on le connait appartient à une famille de virus qui compte, entre autres, la varicelle, le zona (HHV3 dans les deux cas), la mononucléose (HHV4) et la roséole (HHV6)
  • La prévalence* d’herpès simplex varie grandement d’une région du monde à l’autre
  • On ne peut se débarrasser de l’herpès simplex, mais la plupart des porteurs sont asymptomatiques, et ceux présentant des symptômes voient typiquement la sévérité et la durée des poussées diminuer avec le temps
  • Comme les deux types du virus sont génétiquement similaires, les porteurs d’un type sont moins à risque d’être contaminé par l’autre type, même si il n’est pas impossible d’être porteur des deux types.
  • Le virus de l’herpès simplex, contrairement à d’autres ITSS comme l’hépatite B ou le VIH, ne pose pas de risque majeur à long terme pour la grande majorité des porteurs.

    *Nombre de cas d’une maladie dans une population à un moment donné

Herpès simplex de type 1 (HSV1)

Le type 1 du virus de l’herpès simplex est le plus souvent associé aux lésions orales ou péri-orales. Ce qu’on appelle des feux sauvages ou des boutons de fièvre sont causés par HSV1, mais on peut aussi retrouver le type 1 au niveau génital. La majorité des gens porteurs du type 1 ignorent qu’ils le sont, n’ayant jamais eu de symptômes ou n’ayant simplement pas remarqué les symptômes qui peuvent souvent passer inaperçus. Le virus HSV1 tend à être contracté durant la petite enfance, au contact de la famille, à l’école, etc. Lors d’un contact bucco-génital, une personne peut contracter le type 1 au niveau génital à l’âge adulte.

L’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré en 2012 que selon ses recherches, 3.7 milliards de personnes avaient une infection à HSV1. Cela représente 67% de la population mondiale. La prévalence était estimée être la plus élevée en Afrique (87%) et la plus faible en Amérique (40 à 50%).

Quand HSV1 cause des symptômes, on remarque des lésions provoquant des sensations de picotements ou de brûlures. Vous pouvez discuter avec votre médecin de la possibilité de prescrire des médicaments antiviraux qui peuvent être pris en continu ou lors de poussées pour aider à diminuer la sévérité et la durée des épisodes.

Herpès simplex de type 2 (HSV2)

Le virus HSV2 est associé à la plupart des cas d’herpès génital. Contrairement au type 1 qui peut être transmis au niveau oral et génital, HSV2 est moins souvent responsable des cas d’herpès oral et est surtout transmis sexuellement.

Par contre, tout comme HSV1, la majorité des gens porteurs de HSV2 ignorent leur situation, comme les symptômes ne sont pas toujours reconnus ou remarqués. On estime que 11% de la population mondiale vit avec HSV2. La transmission se fait lors de contacts sexuels par contact avec la peau, les parties génitales ou anales et peut survenir alors qu’une personne n’a pas de symptômes visibles.

Les symptômes de HSV2 sont traités avec les mêmes antiviraux que HSV1.

Qui devrait se faire dépister pour l’herpès?

Comme on retrouve le virus d’herpès simplex chez une grande partie de la population, il n’est pas recommandé d’inclure ce dépistage dans le cadre d’un dépistage de routine. Il est cependant possible de discuter de votre situation particulière lors de votre rendez-vous pour déterminer s’il serait pertinent de rajouter le dépistage de l’herpès à vos tests. En l’absence de symptôme, la mesure des anticorps (IgM) peut signaler une infection récente de plus de 10 jours et habituellement de moins de 3 semaines. Les IgG, eux, mesurent la mémoire immunitaire à long terme de l’organisme et peuvent signaler une infection passée.

Le dépistage d’herpès simplex I et II est idéalement effectué par prélèvement de liquide de lésions d’apparition récente. Si vous présentez des symptômes, nous procéderons donc à une culture pour identifier le virus et poser le bon diagnostic. Le sujet de l’herpès est assez complexe, c’est pourquoi nos rendez-vous de dépistage vous offrent un temps de consultation avec une infirmière clinicienne ou un médecin généraliste. Que vous vous posiez des questions, ayez des inquiétudes ou des symptômes, l’important, c’est d’en parler.

Obtenez votre consultation dès maintenant!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.